Je réponds aux jeunes sur désenclavement aérien de l’Archipel

Capture d’écran 2017-06-07 à 10.57.26

 

Réunion publique à Miquelon ce soir

invitemq

30 minutes pour convaincre !

BANDEAU.ANNICK.GIRARDIN.2017

J’étais l’invitée de la rédaction de SPM 1ère dans l’émission radio « 30 minutes pour convaincre ».

Nous avons notamment abordé :

  • mon choix d’accepter le ministère des Outre-mer : une chance pour Saint-Pierre-et-Miquelon
  • la nécessité d’une nouvelle dynamique de partenariat et d’un travail collectif pour l’Archipel : une main tendue aux élus du territoire ;
  • le développement économique : desserte aérienne – SPM plateforme multimodale (aéroportuaire/portuaire)… ;
  • la réorganisation de notre système de santé ;
  • le coût de la vie ;
  • les Assises de l’Outre-mer.

Pour (ré)écouter l’émission « 30 minutes pour convaincre » :

Un projet pour un Archipel gagnant !

BANDEAU.ANNICK.GIRARDIN.2017

Développer durablement l’économie de notre territoire, en soutenant nos entreprises, en répondant aux exigences de la transition énergétique et en créant les emplois de demain pour nos jeunes ; préserver et améliorer notre qualité de vie, en protégeant mieux nos concitoyens et en accompagnant le monde associatif… C’est le sens du projet que je vous propose : fichier pdf PROJET.ANNICK.GIRARDIN.2017_web

Desserte inter-îles : les 4,3 millions d’euros reviendront à l’Archipel

Une décision récente du tribunal administratif de Saint-Pierre-et-Miquelon donne raison à la collectivité territoriale au sujet de la desserte en fret maritime entre le port de Saint-Pierre et celui de Miquelon-Langlade. Cette desserte inter-îles est une compétence de l’Etat que la collectivité n’avait pas à assumer.

En tant que ministre des Outre-mer, je me suis saisie de ce dossier en priorité et je n’ai pas souhaité faire appel et prolonger la procédure pour plusieurs années encore. Cette décision met donc un terme à cette affaire. La procédure de remboursement va pouvoir se mettre en place, elle sera gérée par le ministère de l’Intérieur, ce qui ne m’empêchera pas de veiller à sa bonne réalisation.
Nous pouvons et nous devons travailler en bonne intelligence pour avancer sur l’essentiel.

Notre seule boussole, à nous responsables politiques, doit être l’intérêt supérieur de l’Archipel.

Choisir un Archipel Gagnant

FullSizeRenderCher(e)s ami(e)s,
Depuis hier après-midi, je suis la ministre des Outre-mer. C’est un honneur et une lourde responsabilité pour moi, mais c’est avant tout une immense fierté pour notre archipel. Accepter cette proposition du Président de la République et du Premier ministre a été une décision extrêmement difficile à prendre. J’ai hésité, consciente que ce choix m’engage…nous engage. Comme vous le savez, et je vous l’avais affirmé en toute honnêteté à plusieurs reprises, je pensais vraiment me consacrer exclusivement à notre archipel après ces trois années passées au gouvernement.Je me suis toujours battue et je continue à me battre pour vous, pour Saint-Pierre et Miquelon, sur le terrain et au sein de la représentation nationale.

Je voulais revenir chez moi et être plus proche de vous et de ma famille, car même si mon lien avec l’Archipel ne s’est jamais distendu, vivre loin de mes proches pendant trois ans n’a pas été toujours évident.

La vie est faite de choix, la vie politique également. Et si j’ai accepté de devenir ministre des Outre-mer, c’est parce que je sais que j’y défendrai les intérêts de nos territoires ultramarins, de Saint-Pierre et Miquelon, de la Réunion, de Mayotte, de la Guyane, des Antilles, de Polynésie Française, de Nouvelle-Calédonie, de Wallis et Futuna.

Être au ministère des Outre-mer c’est déjà être en partie chez moi. C’est déjà être un peu à Saint-Pierre et Miquelon.

J’ai choisi également de maintenir ma candidature aux élections législatives parce que j’ai choisi de me battre pour vous, pour Saint-Pierre et Miquelon, pour l’Outre-mer.

Le Président de la République a indiqué que les ministres candidats quitteraient le gouvernement en cas d’échec.

J’aurais pu ne prendre aucun risque personnel, renoncer à une candidature aux législatives et choisir le confort d’un maroquin.

J’aurais pu tout aussi bien, compte tenu de mes déclarations, refuser ce poste de ministre des Outre-mer. Mais m’aurait-on pardonné de sacrifier une telle opportunité pour l’Archipel ?

Je préfère donc prendre le risque de me présenter à nouveau devant vous, car ce risque en vaut la peine !

Si j’ai été désignée par le Président de la République et le Premier ministre pour devenir ministre des Outre-mer, c’est d’abord parce que j’avais la légitimité d’une élue ultramarine de terrain, d’une députée qui connait ses concitoyens, leurs qualités, leurs difficultés, leurs envies, leurs colères ! C’est aussi parce que je connais parfaitement ce monde ultramarin et maritime, que je porte une vision de la place et du rôle des Outre-mer dans leur bassin maritime et que je me bats pour réussir leur développement économique.

Je m’en remets donc à vous. Je ne peux mener ce formidable combat pour les Outre-mer et pour Saint-Pierre et Miquelon sans la confiance que vous voudrez bien m’accorder.

Depuis l’élection du Président Macron, notre pays vit un profond bouleversement des équilibres politiques. Une dynamique s’est créée, et les vieilles querelles s’effacent petit à petit derrière l’intérêt général, avec le concours d’hommes et de femmes de bonne volonté.

Je souhaite que cet élan nouveau puisse trouver un écho localement et bénéficier à l’Archipel. En tant que ministre des Outre-mer je prends l’engagement de travailler avec toutes les forces politiques du territoire. L’idée n’est pas d’être d’accord sur tout, mais d’avancer ensemble sur l’essentiel.

Unissons nos forces pour l’intérêt supérieur de Saint-Pierre et Miquelon, des Outre-mer et de la France !

Saint-Pierre et Miquelon ne doit pas passer à côté de cette chance historique !

12345...200



Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus