Archive pour la Catégorie 'Maritime'

2e sommet sur l’Économie bleue à Abou Dhabi

La secrétaire d’État a participé ce mardi 19 janvier au deuxième sommet sur l’économie bleue, organisé à Abou Dhabi par les Émirats Arabes Unis et les Seychelles.

Cet évènement international, qui a pour thème « un océan, un avenir », s’inscrit dans le suivi de l’accord de Paris et la mise en œuvre de l’Objectif de Développement Durable 14 adopté en 2015 qui concerne la conservation et l’exploitation durable des océans, des mers et des ressources marines aux fins du développement durable. Dans son discours, Annick Girardin a rappelé que l’océan est le principal régulateur du climat mondial et qu’à ce titre la première réponse au réchauffement climatique est une meilleure gestion des ressources marines :

Monsieur le Ministre et envoyé spécial pour l’énergie et le changement climatique des Emirats Arabes Unis,
Messieurs les Présidents,
Mesdames et Messieurs, Chers amis,
 
L’Accord de Paris, que nous avons adopté lors de la COP21, incarne un formidable élan pour la protection de la planète, de ses habitants et de ses écosystèmes.
Le préambule de cet accord marque un tournant en reconnaissant, comme jamais auparavant, l’importance de la protection des océans, parce que leur rôle dans la protection du climat est majeur. Sans océans en bonne santé, sans leur capacité à stocker du CO2, mais aussi à fournir à ceux qui en dépendent, la nourriture, l’énergie et tant d’autres biens et services, nous ne réussirons pas à atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, limiter le réchauffement de la planète en deçà de 2°C, voir 1,5°C.
Cette vision, elle est portée depuis longtemps par certains états insulaires, comme les Seychelles – que je remercie ici pour leur fort engagement – ou encore par l’ensemble des petits états insulaires en développement qui se sont réunis à Samoa en 2014 – j’ai eu le privilège de participer à ces échanges.
Tous ces acteurs ont fait le pari que l’économie bleue représente un formidable levier d’action pour le développement durable et la réduction de la pauvreté. Je viens moi-même d’un territoire insulaire français et en suis convaincue.
La France, qui possède le deuxième domaine maritime au monde, se situe en pointe dans ce secteur, avec un riche tissu d’entreprises qui valorisent les bioressources marines comme source naturelle d’innovation, mais aussi les énergies marines.
Ce potentiel des océans, considérable, est menacé par les effets du réchauffement climatique. L’acidification et le réchauffement des eaux, nous le savons tous ici, modifient les propriétés de l’océan et dégradent les écosystèmes marins, réduisant la diversité et le nombre des espèces. Cela aura de lourdes conséquences sur notre mode de vie.
Mais ne cédons pas au pessimisme : les ressources marines, si elles sont gérées de façon durable, sont nos principales alliées dans l’atténuation du réchauffement climatique.
L’océan étant le principal régulateur du climat mondial, la façon dont nous allons gérer ces ressources déterminera donc en grande partie la réponse que nous allons apporter à la problématique du réchauffement climatique.
C’est pour cela que notre réunion d’aujourd’hui est, grâce à l’engagement des Émirats Arabes Unis et de la République des Seychelles, si importante.
Cette réunion perpétue aussi l’esprit de la COP21 et de l’Accord de Paris sur le climat.
Chaque Etat a des responsabilités dans ce défi. La France entend assumer les siennes à deux niveaux.
Le premier niveau, c’est l’exemplarité : il faut mieux protéger la biodiversité marine et trouver des techniques et des stratégies d’exploitation durables de ces ressources. Concernant la protection de la biodiversité, la France a fait des progrès considérables ces dernières années, plus de 16 % de ses eaux territoriales sont des aires marines protégées, 20 % le seront d’ici la fin de l’année.
Mais il faut aller plus loin que la simple protection, c’est le deuxième niveau, et agir en faveur d’une économie bleue globale, synonyme d’utilisation durable des ressources de la mer.
Pour cela, il nous faut notamment développer et partager les énergies marines renouvelables et les biotechnologies marines. Les mécanismes de transfert des technologies et de renforcement des capacités prévus par l’Accord de Paris sur le climat doivent servir à cela.
C’est aussi le sens de l’initiative CREWS sur les systèmes d’alertes que j’ai lancé avec l’Australie, le Canada, l’Allemagne, le Luxembourg, les Pays Bas et le Japon lors de la COP21. Son objectif est simple : permettre à tous ceux qui, dans les pays vulnérables sont menacés par les catastrophes climatiques, en particulier les cyclones et les tempêtes, d’être prévenu bien en amont de l’arrivé d’un tel évènement et de pouvoir se mettre à l’abri. Nous avons mobilisé 80 millions d’euros pour cela d’ici 2020, et je lance aujourd’hui un appel pour que d’autres pays rejoignent cette coalition.
Il faut également agir sur les sources de pollutions venant de l’économie bleue et réduire les émissions liées aux activités maritimes.
La France a fait la demande de généraliser à l’échelle internationale un système obligatoire de surveillance, de déclaration et de vérification des émissions de CO2 issues du trafic maritime.
L’adaptation est aussi au cœur de l’économie bleue. Nous devons soutenir le développement et la diffusion des connaissances scientifiques sur les océans afin de produire des outils d’évaluation, de planification et de prospective. Nous devons également soutenir le développement de stratégies d’adaptation pour les territoires côtiers et insulaires vulnérables.
Là aussi, la France et ses partenaires entendent innover. A la demande des Seychelles, nous avons choisi d’explorer un projet de conversion de dette pour l’adaptation aux effets du dérèglement climatique. Ce projet va permettre à cet archipel de l’océan indien de consacrer plus de ressources à la protection de sa très riche biodiversité, pourtant menacée par le réchauffement et notamment par les effets d’El Niño, particulièrement violent cette année.
Je suis donc particulièrement fière que l’Accord de Paris ait fait entrer pour la première fois le terme « océans » dans le texte d’un accord climatique.
La COP21 a aussi été la première à dédier une journée entière aux océans. Le 3 décembre, les acteurs de la société civile, de l’économie et de la recherche se sont mobilisés avec succès pour faire entendre l’urgence de la situation.
L’Accord de Paris a pour la première fois inscrit dans le marbre onusien l’engagement de tous les acteurs de la société civile, les associations, les centres de recherche, mais aussi les collectivités territoriales, qui sont souvent en première ligne pour gérer les effets du dérèglement climatique, et enfin les entreprises, indispensable au terme même d’économie bleue.
Le temps où la simple protection de quelques zones marines vulnérables semblait suffire pour sauver les océans est révolu. Il est désormais nécessaire de penser l’ensemble des questions océaniques comme un nouveau partenariat économique, social et environnemental avec tous ceux qui vivent et font vivre les océans.
Nous avons plusieurs pistes concrètes de progrès qui doivent nous permettre d’avancer. La France a participé à l’élaboration de la déclaration « Because the Ocean », qui compte à présent plus de 22 Etats signataires – dont les Seychelles et Palaos – qui recouvrent plus de 35% des zones économiques exclusives mondiales.
Avec « Because the Ocean », la France soutient la réalisation d’un rapport spécial sur les enjeux liant océans et climat par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.
La France soutient également la mise en œuvre de l’objectif de développement durable n°14, nous en discuterons cet après-midi.
A travers l’action du Fonds Français pour l’Environnement mondial, la France finance des opérations œuvrant pour une gouvernance durable et intégrée des territoires côtiers, insulaires et marins, au bénéfice des populations locales et des écosystèmes.
Après une année 2015 historique qui aura consacré la reconnaissance du potentiel de l’économie bleue, 2016 doit être l’année des mesures concrètes pour protéger les ressources marines et en extraire des moyens innovants, essentiels à une transition vers des modes de vie durables.
Je vous remercie.

Au cours de son déplacement, la secrétaire d’État s’est entretenu avec le Président de la République des Seychelles, James Michel, et la ministre du Développement et de la Coopération internationale des Émirats Arabes Unis, Madame Loubna Bint Khalid Al Qassimi.

Annick Girardin a achevé son déplacement par la signature du contrat pour un projet-pilote sur le dessalement entre une entreprise française, Mascara, et une entreprise émiratie, Masdar, qui porte « l’alliance pour  un dessalement propre » lancée dans le cadre de la COP21 et soutenue par la France.

Déplacement consacré à la protection des océans, à Brest et Douarnenez

WP_20150911_14_49_56_Pro

A quelques semaines du lancement de la Conférence Paris Climat, Annick Girardin s’est rendue aujourd’hui dans le Finistère pour visiter l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) et établir un bilan des travaux de recherche autour des océans. La secrétaire d’Etat a abordé avec les chercheurs de l’Ifremer et de l’IUEM (Institut Universitaire Européen de la Mer) les effets du dérèglement climatique dans les pays côtiers en développement, les iles et les territoires d’outre-mer. Une partie de la visite était consacrée à la coopération franco-québécoise en matière de recherche et d’innovation maritime, avec naturellement une focale sur la situation de Saint-Pierre-et-Miquelon qui a été exposée par Herlé Goraguer, délégué Ifremer sur l’Archipel.

Image de prévisualisation YouTube

La secrétaire d’État s’est ensuite rendue ensuite à Douarnenez pour participer à l’ouverture du village de la 20e Mini-Transat à la voile consacrée cette année à la sensibilisation pour la préservation de l’environnement. L’arrivée de la course est prévue en Guadeloupe pendant la Conférence de Paris. Présent de lors de cette course, le voilier Saint-Pierre-et-Miquelon du navigateur Rodolphe Victorri a été baptisé par la Ministre dans le Port-Rhu.

 

Déplacement en Birmanie à l’occasion du Forum des Femmes de l’ASEAN

Retour sur une visite de trois jours en Birmanie.

A Rangoun, Annick Girardin a inauguré avec l’Institut Pasteur les nouveaux équipements du laboratoire national, avec un financement de l’AFD et de Total. La secrétaire d’État a également visité une criée où elle a, en compagnie du directeur national des pêches birman, rencontré des ‪pêcheurs et des ouvriers qui y travaillent. Ensemble, ils ont réfléchi aux moyens de préserver les ressources maritimes et d’améliorer la sécurité sanitaire des produits. Annick Girardin s’est ensuite rendue dans un quartier pauvre et périphérique de Rangoun à la rencontre de personnes vivant avec le VIH Sida et de micro-entrepreneurs. Le ministère, l’AFD et Sanofi leur apportent un soutien.

Déplacement en Birmanie
Album : Déplacement en Birmanie
Visite de trois jours en Birmanie pour le Forum des Femmes de l'ASEAN.
36 images
Voir l'album

A Naypyidaw,  la secrétaire d’État a été reçue avec une délégation française par Thein Sein, Président de la République Birman. Ella a concrétisé le changement d’échelle des relations franco-birmanes en signant l’accord intergouvernemental autorisant l’AFD à octroyer des prêts préférentiels dans le pays. Les premiers prêts identifiés seront dans les secteurs de la pêche et de l’eau potable.  Au Forum, elle s’est entretenue avec le Prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi, une femme d’exception qui a consacré sa vie à la démocratie et à la liberté.

Station de pilotage : Annick Girardin saisit Frédéric Cuvillier

Le 9 mai dernier, Annick GIRARDIN avait alors profité de ses derniers jours en tant que Député pour saisir par courrier le Secrétaire d’Etat aux Transports, Frédéric CUVILLIER, afin de l’alerter sur la situation de la Station de pilotage de l’Archipel.

La Station fait en effet face à de véritables problèmes réglementaires et organisationnels mettant son avenir en péril.

Annick GIRARDIN fait donc appel au soutien du Secrétaire d’Etat aux Transports, en lui rappelant que, dans un contexte de développement maritime des activités économiques de ‘Archipel où le projet de développement portuaire de Saint-Pierre en HUB de transbordement-conteneurs est en train d’être étudié et soutenu par l’Etat, il serait incohérent de ne pas soutenir et accompagner la station de pilotage actuelle, qui pourrait d’ailleurs s’avérer être indispensable dans le développement de ce projet.

Saint-Pierre-et-Miquelon, une vocation maritime qui s’affirme et se conjugue au futur

Saint-Pierre-et-Miquelon s’invite une nouvelle fois à l’Assemblée nationale ce mercredi 9 avril :

Communiqué de presse

Le mercredi 9 avril à 17h30 sera présenté en avant-première à l’Assemblée nationale, salle Victor Hugo (101 rue de l’Université, Paris 7ème), le documentaire « French Baguette », un événement sous le haut patronage de M. Claude Bartolone, Président de l’Assemblée nationale.

Ce film, écrit et réalisé par Eric Moreau en 2013, relate en 52 minutes l’histoire d’un conflit politico-économique en Atlantique Nord entre la France et le Canada, débuté il y a des décennies, dont Saint-Pierre-et-Miquelon est le centre. Une sorte de David contre Goliath au pays des icebergs, sur fond de droits de pêche et d’enjeux majeurs liés à la prospection pétrolière et gazière dans la région.

La « French Baguette » est le surnom donné par les Canadiens à la Zone Economique Exclusive (Z.E.E.) attribuée au petit archipel français par le Tribunal arbitral de New-York en 1992.

Cette enquête, où les coups tordus succèdent aux coups d’éclats, narre cette bataille économique sans concession, mais projette également Saint-Pierre-et-Miquelon dans un avenir économique maritime avec la revendication, au nom de la France, de l’extension de son plateau continental annoncée par le Président de la République François Hollande en juillet 2013 et au travers de projets économiques comme celui du « Grand port ».

Cet événement, à l’initiative de deux députés du groupe Radical, Républicain, Démocrate et Progressiste (RRDP) de l’Assemblée nationale, Annick Girardin (Saint-Pierre-et-Miquelon) et Paul Giacobbi (Haute-Corse), donne un coup de projecteur sur ce petit « morceau de France » d’Atlantique Nord, méconnu mais emblématique pour l’avenir de la présence maritime française. Cette zone stratégique de premier ordre constitue une position unique et avantageuse sur l’une des principales artères du commerce maritime transatlantique, sans oublier les ressources minérales, biologiques et énergétiques liées aux fonds marins qui représenteront sans nul doute les principales richesses du siècle à venir.

Déroulement de la soirée :

  • Allocution de bienvenue de M. Claude Bartolone, Président de l’Assemblée nationale
  • Allocution de Mme Annick Girardin, député de Saint-Pierre-et-Miquelon
  • Présentation du documentaire par le réalisateur, Eric Moreau et le producteur, Barcha Bauer
  • Visionnage du film
  • Allocution de M. Paul Giacobbi, député de Haute-Corse
  • Questions / réponses avec la salle
  • Allocution de M. Roger Hélène, Président du MEDEF et FAEBTP Saint-Pierre-et-Miquelon
  • Allocution de conclusion de Mme Georges Pau-Langevin, Ministre des Outre-mer

En savoir plus sur le documentaire : Productions de la Lanterne

Demande de création d’un poste de Délégué Régional à la Recherche et à la Technologie (DRRT)

Notre Collectivité territoriale exerce, en application de la Constitution et de la loi organique, l’ensemble des compétences dévolues ailleurs aux Régions en matière scientifique et de recherche.

Notre positionnement géographique ouvre des perspectives scientifiques, notamment en matière de ressources biologiques et énergétiques de la mer, uniques en France et largement méconnues à l’heure actuelle.

Aussi, Annick GIRARDIN a saisi par courrier le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Geneviève FIORASO, afin de lui demander la nomination locale d’un Délégué Régional à la Recherche et à la Technologie (DRRT). Une telle fonction de coordination pourrait utilement être intégrée au sein des services de la Préfecture de Saint-Pierre-et-Miquelon et serait un atout puissant en faveur de la coordination et la mobilisation des énergies et des compétences afin d’assurer une meilleure connaissance des atouts scientifiques propres et spécifiques à notre Archipel.

12345...11



Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus